Témoignages de personnels du CHU de Rennes.

 

Témoignage de Philippe,  syndicaliste du CHU Rennes

L’été s’est passé comme tu peux t’en douter. Davantage d’efforts sont demandés aux salariés puisqu’il faut s’auto-remplacer en cette saison déjà difficile, et si l’on ajoute les recrutements avant l’été qui n’étaient pas pourvus…C’est alors douloureux pour le Personnel.

L’administration invoquait aux O.S juste avant les départs en vacances d’été, qu’environ, 35 postes AS et autant de postes en IDE n’étaient pas pourvus. Mais des mutations sont pourtant refusées …Alors que doit-on comprendre dans ce double discours ?

Aujourd’hui, de nouvelles réorganisations de travail viennent se présenter aux instances de septembre, avec leurs flots incessants de recherches d’économies sur la masse salariale que l’on connaît trop bien. 

Les nouveaux plannings qui en découlent et donc, les cycles de travail  (Qui ne respectent pas la réglementation pour dépasser les 12 semaines maximum autorisées par la réglementation) sont encore plus contraints, car plus de possibilités pour les administrations, de faire autrement sans les effectifs nécessaires face à la lourdeur de la tâche dans ces conditions de travail. Une mutualisation se met en place en néphrologie, dermatologie et maladie infectieuses (Claude BERNARD). Qui dit mutualisations, dit diminutions de quotas d’effectifs. (Fermetures de lits ? nous le pensons aussi)

 Des plannings de plus de 50h / semaine émargent également sur les documents de l’administration. On nous répondra que les congés du Personnel ne sont pas posés ce qui fait que les agents ne travailleront pas 50h.  Mais on sait très bien que le moindre arrêt de travail non remplacé, fera que les 50h seront atteints. (Attesté par certains salariés) 

 

Témoignage de Lionel salarié du CHU de Rennes (par téléphone)

Concernant la vaccination, tous les salariés ont reçu un courrier de la direction annonçant qu’ils devront envoyer leur QR code à la DRH. Rien de plus pour l’instant. Mais dans mon service l’encadrement fait pression sur deux CDD pour qu’ils se vaccinent sous peine de fin de contrat.

 

Courrier d’un infirmier du CHGR à Rennes

 

Concernant la situation à l’hôpital, dans mon établissement, au CHGR, l’été a été compliqué au niveau effectif soignants. Il n’y a jamais eu autant d’arrêts maladies l’été. La direction qui a mis en place le système” hublo” (application d’auto remplacement des personnels qui sur la base du  volontariat travaillent sur un jour de congé ou RTT et sont payés en heures sup) a été beaucoup utilisé mais a été loin de régler le problème, ( beaucoup de missions n’ont pas été pourvues ).

Par conséquent, beaucoup d’unités de soins se sont retrouvées en sous effectifs engendrant des conditions de travail dégradées.

Au début de l’été, le rythme des admissions était important dû en partie à la crise sanitaire et aux conséquences des confinements surtout en secteur pédopsychiatrique.

Une unité (Brocéliande) avait dû fermer faute de médecins engendrant un déficit de  20  lits.

  Aussi, beaucoup de patients ayant des troubles psychiques se sont retrouvés aux urgences du CHU “embolisant ces services” (dixit  l’ARS)

De ce fait l’ARS a obligé le CHGR à ouvrir une unité d’urgence et d’orientation de 5 lits dans l’urgence et sans moyens humains. Pour couronner le tout la direction du CHGR a trouvé comme moyen de supprimer nos ASA (autorisations spéciales d’absences) syndicaux pour nous placer à travailler dans cette unité !!!

Pour la vaccination obligatoire, suite aux annonces du gouvernement, au 15 septembre, tous les soignants devront être vaccinés; nous avons reçu 2 lettres de la direction pour nous donner les modalités ainsi que les sanctions si nous ne nous y soumettons pas, c’est à dire après le 15 /09 une suspension sans salaires !

Je ne connais pas le nombre de soignants non vaccinés sur l’hôpital mais je connais déjà une infirmière qui va prendre un congé maladie puis un congé parental car elle refuse de se faire vacciner.

De plus nous devons justifier notre vaccination à la DRH de l’hôpital et non au service de la santé au travail au mépris du secret médical !!!

Voilà pour les infos

 

EDF : l’usine marémotrice de la Rance menacée par le plan Hercule

 

Tous les mardis, cet été, les agents EDF se mobilisent avec leurs syndicats (CGT, CFE-CGC, UNSA) pour défendre les emplois et leur outil de travail, contre la réduction des investissements EDF sur cette usine marémotrice (qui produit l’équivalent des besoins énergétiques de la ville de Rennes).

 

 

 

 

 

 

 

Sur le piquet de grève le secrétaire de la section CGT de l’usine nous répond (extraits) :

  • Pour quelles raisons êtes-vous en grève :

« Nous sommes en grève pour défendre l’usine, nous demandons plus de moyens humains et financiers pour maintenir l’usine en bon état. Nous sommes en grève de 85% depuis le 15 juin 2 , chaque mardi. Pour nous c’est un devoir d’alerte car le désinvestissement d’EDF dans ce barrage et les suppressions de poste constituent un danger pour nous et pour les capacités de production d’électricité (…) Le plan « Patrimoine », actuellement en cours, permet tout juste le maintien actuel des machines fonctionnelles et pas plus (Cf Photos : la rouille gagne certains endroits !) … Nos responsables attendent d’avoir 3 machines à l’arrêt pour débloquer des fonds ! …

« Sur le barrage, en quatre ans, il y a eu 17 postes supprimés A la maintenance, il y a 5 ans, nous étions 30, maintenant nous sommes 22. Pour que l’usine tourne la maintenance est sous-traitée et la rouille se développe partout (voir les photos)

  • A l’exploitation nous sommes 12. nous allons être 11 suite à une mutation prochaine , alors que 2 collèges sont en arrêt/ Les 3 ne seront pas remplacés. Nous devrons faire à 9 le travail de 12. »
  • Est ce un mouvement local ou national ?

« Il s’agit d’un mouvement local, mais le désinvestissement d’EDF du Barrage de la Rance fait partie du plan de privatisation/démantèlement (*) réclamé par l’Union Européenne . La fin de concession du barrage est en 2043 mais le plan de financement actuel (insuffisant !) ne va que jusque 2026.”

  • Quelles sont vos revendications ? Nous réclamons :
  • plus de moyens, pour maintenir notre outil de travail et améliorer la production d’électricité verte
  • remplacement des 17 emplois perdus, au fils de départs non remplacés
  • Internaliser la maintenance des 24 turbines (L’usine est unique, seuls les agents EDF peuvent assurer une maintenance de qualité et durable )
  • revalorisation de nos Pour la pénibilité, nous voulons l’égalité des droits/primes entre les agents qu’ils soient mécaniciens ou exploitants

L’abandon annoncé du plan Hercule est un recul de la direction et du Gouvernement Macron, cela nous met en meilleure position mais ça ne suffira pas pour changer la politique d’EDF qui est de laisser se dégrader l’usine marémotrice de la Rance, de réduire les emplois et développer la sous-traitance. Nous allons continuer à nous mobiliser pour défendre notre outil de travail.

 

Correspondants 35

Contact jean-luc SICRE, 06 79 95 51 78

 

NON AUX 1607h LE COMBAT NE FAIT QUE COMMENCER

Questions à 5 salariés EHPAD Ville de Rennes

Question 1: Comme dans toute la France, les employés communaux de la ville de Rennes sont engagés dans la  bataille contre l’augmentation du temps de travail en application de la loi Dussopt. Peux tu faire le point sur la situation aujourd’hui ?

Suite à la loi de Réforme de la Fonction publique de 2019, le gouvernement impose aux collectivités territoriales un alignement annuel du temps de travail à 1607 h. 

Sous prétexte de mettre tous les agents de la Fonction Publique Territoriale à égalité, cette réforme ne prend pas en compte les disparités en terme précisément de conditions de travail.

A la ville de Rennes, un mouvement de contestation a été initié par des agents des bibliothèques, suivis d’autres corps de métiers, et notamment dans le domaine de la santé.

Un préavis de grève est déposé jusqu’au 30 juin 2021 à l’initiative d’une délégation intersyndicale (FO, CGT, SUD, UNSA… Exceptée la CFDT).

Je suis Aide-Soignante en EHPAD, et comme mes collègues du SSIAD, nous sommes concernés par la suppression du Repos Compensateur (suite au week-end travaillé) soit 24 jours par an, et par la suppression de 3,5 jours de congés exceptionnels.

Soit 27.5 jours par an.

A ce jour, les représentants du CCAS et de la DPAg (Direction des Personnes Agées) ne veulent pas entendre nos revendications (maintien des Repos Compensateurs) et proposent une réorganisation effective de nos plannings à compter du 01 Septembre 2022.

 

Question 2: Les tracts syndicaux font  état de revendications de contre-parties à l’allongement du temps de travail, plutôt que d’annuler complètement cet allongement. Qu’en penses-tu ?

Depuis que je travaille comme Aide-Soignante à la ville de Rennes, j’ai constaté que de nombreux collègues ont fait le choix du temps partiel, principalement à cause de la charge de travail.

Les contreparties à l’allongement du temps de travail proposées par notre hiérarchie sont 2 primes :

  • 15 euros / par samedi travaillé
  • 100 euros bruts / dimanche travaillé.  
  • 7 jours de RTT (fort probablement imposés et non choisis)
  • 7 jours pour compenser la pénibilité du métier (A savoir que n’est reconnu pénible que le métier d’Aide-Soignant, et pas ceux d’Infirmiers, ni d’Agents de Restauration…)

Il est certain que ces mesures (encore floues pour la plupart) sont loin de compenser la fatigue entraînée par notre engagement professionnel et nos horaires (coupures sur 12 h, une à 3 fois /mois, horaires de nuit, etc.).

La réduction du temps de travail est selon moi, une solution raisonnable, si nous voulons garantir une qualité des soins et rendre attractifs nos métiers.

Récemment, la crise sanitaire (nous avons souffert d’un cluster en début d’année à l’EHPAD où je travaille) a montré à quel point il est difficile de recruter du personnel compétent pour nous remplacer.

Question 3: Les salariées travaillant le week-end, en EHPAD par exemple, sont confrontées à d’autres remises en cause concernant le travail le samedi et dimanche. Peux-tu en dire un mot ?

Nous travaillons toujours en effectifs réduits les samedi-dimanche et fériés (par exemple, 3 postes d’AS en coupures et donc 3 postes d’AS en moins… Un seul Infirmier les dimanche et fériés en horaire de coupure aussi). 

Pour moi, il s’agit déjà d’une institutionnalisation de la maltraitance. Pourquoi nos Personnes Agées n’auraient-elles pas le droit les week-end et fériés à autant de soins qu’en semaine ?

La réforme actuelle conduit enfin à une régression du Code du travail à travers la non reconnaissance du travail le dimanche.

1607h Les agents municipaux n’en veulent pas !

Ce samedi 29 mai, les portes d’entrée au Thabor le grand parc du centre ville, sont fermées par les agents municipaux et leur syndicats  CGT, FO, SUD, UGICT CGT, UNSA ( à l’exception de la CFDT donc) . Les drapeaux syndicaux ont été fixés sur les grilles.

A l’entrée principale un piquet d’une vingtaine d’employés  est là et distribue un tract à la population : « Rennes la Honte ! Savez vous comment nos élus traitent les agents en première ligne face au COVID ? »

Ça tombe bien l’élu de permanence, Cyrille Morel (Génération s) est venu discuter, visiblement sa préoccupation c’est de faire lever le piquet « il va y avoir 14 mariages cet après midi et il y en aura  certainement qui voudront faire des photos au Thabor, vous y serez confronté », « je comprend vos revendications mais ce n’est pas le sujet »

Une responsable syndicale CGT lui rappelle qu’en 1999 il avait fallait occuper l’hôtel de ville pour obtenir satisfaction », elle ajoute « à l’époque le maire Edmond Hervé nous recevait encore !! » 

C’est un bon résumé de la situation dénoncée par les syndicats. « Ou sont les élus ? on a à faire à des DRH «  , « on nous prend tous nos acquis », « en ce moment je suis au centre de vaccination, une collègue a fait deux malaise » , un autre insiste sur le mal être dans les services. Une autre « c’est une municipalité de gauche et ils font la politique de Macron « 

Le tract intersyndical parle de « régression sociale sans précédent »

On aurait peut être dû commencer plus tôt dit la camarade de la CGT, une chose est sure les salarié(e)s présent(e)s sont déterminés à défendre leurs jours de congés et repos compensateurs du week-end end.

communiqué NON 1607h territoriaux

1607h Les agents municipaux n’en veulent pas !

 Ce samedi 29 mai, les portes d’entrée au Thabor le grand parc du centre ville, sont fermées par les agents municipaux et leur syndicats  CGT, FO, SUD, UGICT CGT, UNSA ( à l’exception de la CFDT donc) . Les drapeaux syndicaux ont été fixés sur les grilles.

A l’entrée principale un piquet d’une vingtaine d’employés  est là et distribue un tract à la population : « Rennes la Honte ! Savez vous comment nos élus traitent les agents en première ligne face au COVID ? »

Ça tombe bien l’élu de permanence, Cyrille Morel (Génération s) est venu discuter, visiblement sa préoccupation c’est de faire lever le piquet « il va y avoir 14 mariages cet après midi et il y en aura  certainement qui voudront faire des photos au Thabor, vous y serez confronté », « je comprend vos revendications mais ce n’est pas le sujet »

Une responsable syndicale CGT lui rappelle qu’en 1999 il avait fallait occuper l’hôtel de ville pour obtenir satisfaction », elle ajoute « à l’époque le maire Edmond Hervé nous recevait encore !! »

C’est un bon résumé de la situation dénoncée par les syndicats. « Ou sont les élus ? on a à faire à des DRH «  , « on nous prend tous nos acquis », « en ce moment je suis au centre de vaccination, une collègue a fait deux malaise » , un autre insiste sur le mal être dans les services. Une autre « c’est une municipalité de gauche et ils font la politique de Macron « 

Le tract intersyndical parle de « régression sociale sans précédent »

On aurait peut être dû commencer plus tôt dit la camarade de la CGT, une chose est sure les salarié(e)s présent(e)s sont déterminés à défendre leurs jours de congés et repos compensateurs du week-end end.

Larbi Benchiha, algérien vivant à Rennes, rencontré dans les manifestations de soutien au peuple palestinien

Il nous raconte comment son expérience professionnelle l’a amené à saisir une caméra pour montrer les injustices de la société et les combattre.

Nous lui donnons la parole.

 

J’ai travaillé pendant six ans comme éducateur social auprès de jeunes en rupture scolaire et social dans un quartier catalogué de « défavorisé » à Rennes. C’est cette expérience professionnelle qui m’a fait prendre conscience du dysfonctionnement de la société et surtout des limites du travail social. Ce n’est pas en mettant des éducateurs qu’on résout les problèmes sociaux, la pauvreté, l’exclusion sociale, l’échec scolaire etc. Pour cela, il faudrait carrément changé de paradigme. Dire que dans une ville il y a des quartiers favorisés et d’autres qui ne le sont pas, c’est déjà une anomalie sociétale, pour ce faire, ne faudrait-il pas commencer par réfléchir à la notion de justice sociale ?

Bref, une véritable intégration doit être la conséquence d’une réelle volonté politique. Voilà, brièvement, les raisons, il y en a d’autres, qui furent le déclic de mon engagement dans la voie du documentaire social.

 

Raconter la société n’est plus une option pour moi, cela devient une nécessité. J’ai décidé de quitter mon le métier d’éducateur pour une formation à l’école des métiers de l’image les des Gobelins, puis un cycle complémentaire à l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). A l’issue de ces formations, je suis revenu à Rennes. J’ai travaillé pigiste pour plusieurs télévisions. Puis, a surgit un évènement fondateur pour moi, j’ai rencontré le cinéaste breton René Vautier, le un « cinéaste combattant » pour qui j’ai travaillé comme chef opérateur.  Cette rencontre a été déterminante dans ma vie professionnelle et dans ma pensée en tant que cinéaste documentariste. L’idée d’un cinéma engagé s’est confirmée. Faire du cinéma documentaire m’est apparu comme une possibilité de dire la société.  Incrédule, je savais que le cinéma ne changera pas la face du monde, au mieux, apporte le désir de mieux vivre et le rêve d’un monde juste. Pour une transformation radicale de l’ordre des choses, seule une conscience citoyenne est en mesure de réaliser un tel projet de société.

 

D’éducateur de rue à caméraman de rue

Après la formation, caméra à l’épaule, je me suis souvent baladé dans les rues de Rennes. C’est comme cela que j’ai rencontré un groupe de jeunes qui vivait sous un porche. A Rennes, on les appelé « la bande des chiens ». Je leur rendais visite très souvent, toujours avec ma caméra, même si je ne filme pas. Ce seront ces jeunes qui un jour, m’ont demandé de les filmer. Je n’attendais que ça pour appuyer sur le bouton start. Six  mois plus tard, en 1997, naît mon premier documentaire « Home d’infortune », fruit d’une longue immersion dans le monde de la rue. Lorsque j’ai réalisé ce film, j’avais le sentiment de comprendre un peu mieux l’univers des laissés pour compte. J’allais régulièrement manger avec eux au restaurant social « Le Fourneau ». C’est là que j’ai commencé à échanger avec Yannick, la cinquantaine, mais paraissait nettement plus. Sans doute, les stigmates de la rue… J’ai vite senti qu’il y avait, là, un film à faire avec lui. Pour moi, un film, c’est avant tout le fruit d’une rencontre. Yannick habite alors dans un abri au pied d’un immeuble. Un soir, avec ma camera chargée d’un cassette de 30mn, j’ai poussé la porte de son squat. D’emblée, Yannick, c’est son prénom, m’a dit tu viens pour me filmer ? Sans attendre ma réponse, il a rajouté, tu aurais dû me prévenir, je me serais fait une beauté. Ce soir-là j’ai filmé Yannick, one shot pendant les 30mn. J’en ai sorti un film de 30mn : « La vie sans toit ».

 

A celui-ci succède « Home squat, le wagon des punks » qui conclura la trilogie consacrée aux gens de la rue. Encore une fois, c’est le souci de la rencontre qui m’amène à réaliser ce film avec ce groupe de jeunes qui s’était installé au port du Légué à Saint-Brieuc. Ils avaient construit des barrières autour d’un wagon désaffecté. Je savais qu’il y avait une vie à l’intérieur de cet espace. Comme pour mes films précédents, j’ai pris mon temps. C’était une micro-société aux abords de laquelle je passais régulièrement, jusqu’au jour où j’ai poussé la porte. Les habitants ne m’ont jamais demandé de justifier ma présence. C’était un lieu d’une liberté incroyable. En leur proposant de projeter mes films documentaires, ils ont pu découvrir ma pratique cinématographique, puis, des liens se sont tissés et j’ai filmé leur quotidien sur une année entière.

 

Rendre lisible des enjeux de société

J’aime le cinéma qui porte les voix publiques, qui est accessible à tous. L’enjeu pour moi est de faire des films que la société puisse s’en approprier, que le film s’affranchit de son auteur et devient autonome, accède au statut d’objet d’utilité sociale.

 

Le cinéma documentaire c’est la nécessité d’apprendre pour comprendre et le plaisir de voir pour s’émouvoir…

Ce qui est fondamental, c’est de donner à voir et à comprendre des histoires de vie. On peut passer devant les choses, les voir au quotidien, sans les comprendre. Par le cinéma documentaire, on peut donner à voir et à entendre une problématique et la rendre partageable, voire empathique. Ainsi, on peut s’approprier les problématiques qui nous concernent tous, puisque nous interagissons au sein d’un seul et même espace collectif. Je travaille souvent avec des gens qui vivent à la lisière de la société, des règlementations, ou d’un mode culturel alternatif. L’enjeu est de casser cette lisière et de la rendre poreuse pour que les gens puissent imaginer une circulation entre leurs différents mondes sociaux.

 

Il s’agit de se comprendre, pas juste de se regarder. Il faut créer des rapports, des intérêts communs, même s’ils sont différents, car là où il n’y a pas d’échanges, c’est le repli qui prend la relève. Quand je filme, c’est pour propose de regarder là où, habituellement, le regard se détourne. C’est dans ce souci de rendre lisible qu’un jour, au détour d’une rencontre, je me suis intéressé à l’histoire des essais nucléaires et à leur impact sur les populations et leurs environnements.

 

Le documentaire, une voie pour aller plus loin

J’ai commencé la trilogie sur les essais nucléaires en 2008 avec le film « Vent de sable, le Sahara des essais nucléaires ». Pendant le tournage, j’ai appris que la France avait continué ses essais jusqu’en 1966 en Algérie alors que le pays était indépendant depuis quatre ans. Il me semblait alors indispensable de continuer à explorer ce qui était caché. C’est comme cela qu’est né le film « L’Algérie, De Gaulle et la bombe » en 2010. Je ne pouvais pas laisser cette histoire dans l’oubli. 

Pour aller plus loin encore, en 2016, j’ai réalisé le troisième film de la trilogie : « Bons baisers de Morura ». Il s’agit de montrer la logique nucléariste militaro-industrielle. Raconter les conséquences des radiations sur le long terme, sur plusieurs générations. Cela nous concerne tous. En France, on ne parle pas de ces sujets ! Alors que dès les années 1960, le biologiste Jean Rostand affirmait que le nucléaire altérait les génomes ! Nous le savions. Les essais ont eu lieu, loin des pays commanditaires, mais dans des zones peuplées.

 

L’histoire des essais nucléaires est un héritage sans fin.

La trilogie n’a pas suffit à clore cette histoire, j’ai découvert que dès 1945, Joliot-Curie Frédéric a été nommé à la tête du CEA et aussitôt inaugure l’institut Français du Radium. Voilà ce qu’il a dit à l’assistance : « Si je pouvais, je lancerai sur la France 2000 prospecteurs d’uranium ! Ils balaieraient systématiquement notre sol au compteur Geiger du Pas de calais aux Pyrénées. »

Entre 1948 et 2001, 250 mines d’uranium ont été exploitées pour fournir l’uranium, un combustible nécessaire au programme nucléaire. Ainsi est né mon quatrième film « Bretagne radieuse » qui retrace cette histoire et surtout le scandale de la contamination des anciennes mines d’uranium.

Actuellement, je travaille sur un nouveau film, je suis seulement en phase d’écriture, mais je sais que ce film s’adosserait à une mission scientifique dans le but de réaliser une enquête radiologique sur les anciens sites nucléaires sahariens.

 

VENT DE SABLE :

https://vimeo.com/105111755

Mot de passe : nucléaire

 

L’Algérie, De Gaulle et la bombe

https://vimeo.com/174206050

mot de passe : DEGAULLE

 

Bons Baisers de Moruroa

https://vimeo.com/230926871

Mot de passe :  Moruroa

GREVE DES TERRITORIAUX A L’APPEL DE L’INTERSYNDICALE CGT, FO, SUD CE N’EST QU’UN DEBUT!

Plusieurs centaines de fonctionnaires territoriaux se sont rassemblés sur le parvis de Rennes Métropole le jeudi 20 mai. Le rassemblement initialement prévu place de la Mairie a été interdit par la préfecture !!! « interdire aux employés de la ville de se rassembler place de la Mairie c’est indigne » dira l’oratrice de la CGT.

Tous les services sont présents des bibliothèques aux service techniques en passant par les écoles, de nombreuses cantines et crèches sont fermées. « ce ne sont pas les grévistes, comme le dit la mairie qui remettent en cause le service public, ce sont les politiques depuis des décennies »

Le rassemblement est appelé par une intersyndicale CGT, FO et SUD, l’orateur de SUD insiste sur l’unité. « des délégués SUD ont été convoqués par la direction pour qu’ils se retirent de l’intersyndicale, la manœuvre a échoué, nous sommes dans l’intersyndicale et nous y resteront » « Les salariés du département ont obtenu 350€ de compensation, nous aussi devons avoir cette compensation ».

Le mot d’ordre c’est le retrait des 3,5 jours de congés, mais insiste un employé de la bibliothèque des champs libres pour nous c’est beaucoup plus , nous perdons les repos compensateur du samedi et du dimanche, ça peut faire 10 jours de repos en moins!!!!Cela explique que les bibliothèques sont en pointe dans la bataille, déjà en grève le 15 mai. En fait plus on travaille le week-end et plus on perd.

Une employée des crèches dénonce la confusion des mesures, il y a déjà 3 horaires différents et ils veulent allonger le temps de travail à 37h45 en nous donnant des RTT « mais les RTT on ne peut pas les poser, à 18h on peut nous annuler la RTT du lendemain !! »

L’oratrice de la CGT a calculé « que c’est 3,5jours qui nous sont volés ça fait 90 emplois qui ne seront pas créés» Elle conteste que la municipalité soit dans l’obligation d’appliquer la loi. « la libre administration des communes est dans la constitution, certaines municipalités PCF en région parisienne n’appliquent pas la suppression des 3,5 jours ». Elle dénonce le fait que les mesures compensatrices pour les 9 métiers pénibles sont distribuées arbitrairement pour nous diviser « pourquoi 30 minutes hebdomadaires pour les EPAHDet 15 pour les fossoyeurs ? »

Elle annonce que mardi prochain l’intersyndicale sera reçue à la mairie « on ira et on restera s’il le faut »

Pour FO l’orateur confirme que l’intersyndicale demande une compensation complète « jusqu’à aujourd’hui aucune négociation n’a été possible, il est hors de question d’accepter des miettes » Il dénonce l’attitude de la CFDT qui en plus s’est permis de voter l’amputation des œuvres sociales de 200 000 euros au profit des associations. « C’est au Conseil Municipal de voter les subventions sur son budget pas sur celui des salariés. » Il annonce que « l’intersyndicale se joindra à la

manifestation des chauffeurs de bus de Keolis samedi 22 à 10h plaine de Baud » . « CA ne fait que commencer c’est l’action qui les fera plier »

 

 

 

Entretien avec Loïc et Franck, délégués CGT chez Keolis Armor

Présentez-nous Keolis Armor

PREPARATION DE LA GREVE.

Loïc et Franck On est 485 salariés répartis sur 6 dépôts (certains sont de simples parkings) sur le département d’Ille et Vilaine. Il y a peu nous étions plus de 500 mais une soixantaine d’entre nous ont été transférés chez Transdev avec des pertes de salaires allant de 200 à 270 euros par mois…. Keolis Armor travaille en délégation de service public pour la Région Bretagne et en sous traitance pour Keolis pour les transports de voyageurs sur Rennes Métropole, sur les lignes qui vont de Rennes vers la périphérie.

Par rapport à Keolis on a une convention collective (routier/voyageur) nettement moins avantageuse.

Vous êtes en période de NAO (négociations salariales) comment cela se passe-t-il ?

Loïc et Franck Nous sommes 3 syndicats sur l’entreprise CGT, FO et CFDT. On travaille ensemble pour ces négociations. Aucun syndicat n’est représenté sur tous les dépôts. Avec l’union c’est mieux on touche tous les salariés. La première réunion a été totalement négative, la direction nous a proposé une enveloppe de 50000€ pour tout le monde ça fait environ 103€ par salarié. On se moque de nous.

Quelles sont vos revendications ?

Loïc et Franck On demande une augmentation des salaires de 1,3%, on veut une prime Macron de 250€ l’augmentation du ticket restaurant de 6,5 à 9€, la majoration des heures de nuit et de dimanche à 70% actuellement c’est 60 et 65%. Pour les chauffeurs occasionnels on demande que leur temps de travail soit payé en cas d’annulation dans le délai de prévenance de 3 jours. On demande aussi que ceux qui font du transport scolaire bénéficie de 25 minutes pour le nettoyage du car comme c’est le cas pour le transport passager. On demande également que notre repos journalier soit de 11 h consécutives et l’amplitude de la journée de 12h maxi alors qu’ils sont de 10h et de 13h pour le moment et on demande enfin que le passage de l’effectif en dessous du seuil de 500 ne s’accompagne pas d’une baisse du nombre d’heures pour les élus et de la suppression des 20h mensuelles pour les représentants syndicaux.

Et donc….

Loïc et Franck Nous avons tous en mémoire la grève il y a deux ans. 80% des salariés avaient fait grève à l’appel des 3 syndicats. On avait donné la consigne de laisser les bus ou ils étaient au départ de la grève. La direction avait été obligée de passer de 0,5 à 1 ,8 d’augmentation. Cette année on les a prévenus, si elle reste sur ses positions à la 2ème réunion il y aura grève. On a fait une information aux salariés. Comme nous sommes en délégation de service public nous devons notifier la grève 15 jours avant et confirmer par un préavis 5 jours avant. Tout est prêt, la balle est dans le camp de la direction.