Et surtout, que rien ne bouge ?

La Nupes s’est donc mise à l’heure de la division. Dernier épisode en date, Mélenchon déclare à propos de ses partenaires : « Je ne les aime pas. » Et de régler ses comptes : l’écologie qui n’est « pas anticapitaliste (…), c’est du jardinage », « le socialisme qui ne met pas en cause le capitalisme, c’est mignon », quant au PCF, « s’il ne se donne pas comme objectif une révolution socialiste, je me demande ce que c’est ».

Continuer la lecture

Vues : 2

La seule voie !

Ce n’est pas si vieux : au printemps dernier, alors que se multipliaient les manifestations contre la réforme des retraites, un mot d’ordre a jailli, repris par des milliers de voix et de pancartes dans tout le pays : « Macron démission ! » Si on avait dit aux manifestants d’alors que, quelques mois plus tard, les dirigeants de la « gauche » iraient bavarder et dîner avec Macron douze heures durant, ils ne l’auraient pas cru !

Continuer la lecture

Vues : 12

Union Européenne et gouvernements : ils sont responsables du drame des réfugiés

Des réfugiés, dont de nombreux enfants, vivent depuis plusieurs mois sous des tentes au Parc des Gayeulles à Rennes. Leur nombre augmente et risque de s’accroître fortement du fait du manque de moyens donnés aux centres d’hébergement d’urgence par le gouvernement. Avec toutes les conséquences humaines et sanitaires graves de cette extrême précarité.

Continuer la lecture

Vues : 7

Certes, il ne s’agit que de 50 centimes…

Cinquante centimes : c’est le montant de la « franchise médicale » réglé par l’assuré social sur chaque boîte de médicaments et chaque acte paramédical, dans la limite de 50 euros par an. La « participation forfaitaire » prélevée par la Sécurité sociale pour chaque visite chez le médecin s’élève, elle, à 1 euro par visite avec un même plafond.

Continuer la lecture

Vues : 3

N’y a-t-il pas un lien ?

« J’ai dû choisir entre un frigo rempli et des vacances à la mer » : à l’instar de cette mère de famille interrogée par Le Parisien, de 35 à 40 % de la population – dont un million d’enfants pour la seule Île-de-France – ne partiront pas du tout en vacances cette année, un nombre bien plus élevé que celui des années précédentes. Principale raison : le « manque de moyens aggravé par des prix qui explosent », l’inflation constituant « un facteur de bascule ».

Continuer la lecture

Vues : 8

Une illusion mortelle

La confrontation publique entre deux piliers de l’État, la police et la justice, crée une situation inédite en France depuis la fondation de la Ve République.

D’un côté, la police nationale, dont le directeur général (DGPN) se prononce pour la libération d’un policier placé en détention provisoire dans le cadre d’une instruction judiciaire pour violences policières commises à Marseille. Cette prise de position est couverte par Darmanin, dont l’entourage a fait savoir à France Info que « le DGPN avait toute la confiance du ministre ». Continuer la lecture

Vues : 20

Le gouvernement veut 60 Milliard de coupures supplémentaires dans le Budget.

Selon le rapport annuel de la Cour des comptes sur les finances publiques publié le 29 juin, la France sera le seul pays de la zone euro à avoir un déficit supérieur à 3 % du PIB en 2026. Alors, il faut couper dans le budget ! Il faudra en effet trouver chaque année 12 milliards d’euros de coupes, soit en cumulé, près de 60 milliards d’ici 2027.

Mais qui est responsable du déficit ? Continuer la lecture

Vues : 25

Non à la division, c’est à Macron qu’il faut s’attaquer !

En six ans de présidence, Macron a provoqué le mouvement des gilets jaunes, six mois de grèves et de manifestations ouvrières par millions contre la réforme des retraites et la flambée de révolte à la suite du meurtre de Nahel. Rien de commun en apparence entre ces trois explosions sociales… hormis qu’elles ont été nourries par une même conviction, celle d’une injustice sociale croissante. Continuer la lecture

Vues : 15

Quel gouvernement donnera aux jeunes confiance en leur avenir ?

Personne ne peut accepter l’assassinat de sang froid d’un jeune de 17 ans par un représentant des « forces de l’ordre ». Personne ne peut accepter, qu’en application d’une loi de 2017, 13 personnes aient été tuées pour la seule année 2022 par la police au motif de « refus d’obtempérer ».
La jeunesse, et avec elle toute la population, est révoltée.
Tous exigent : justice pour Nahel.
À travers la révolte de la jeunesse s’exprime son sentiment de n’avoir aucun avenir dans ce système et son refus d’accorder la moindre confiance à ce gouvernement.
Mais alors, quel gouvernement donnera aux jeunes confiance en leur avenir ?
Pas un gouvernement qui leur offre comme seuls « emplois » les petits boulots précaires, les stages et autres services civiques.
Pas un gouvernement qui ferme les lycées professionnels, détruit le baccalauréat, ne remplace pas les enseignants absents, organise la sélection à l’université et veut embrigader la jeunesse dans un Service national universel (SNU) obligatoire encadré par l’armée.
Pas un gouvernement qui répond aux manifestations par la répression contre les jeunes, les travailleurs, les syndicalistes.
Pas un gouvernement qui organise le délabrement des cités, des hôpitaux et des services publics, mais qui offre chaque année des centaines de milliards aux capitalistes.
Pas un gouvernement qui rivalise avec l’extrême droite pour désigner les étrangers et les immigrés comme des boucs émissaires et pour les chasser.
Pas un gouvernement qui impose, contre la volonté de l’immense majorité, de travailler deux ans de plus en repoussant l’âge de départ à la retraite à 64 ans.
Pas un gouvernement qui vient de faire voter 413 milliards pour la loi de programmation militaire pour participer aux guerres sous le commandement de l’OTAN contre les peuples du monde entier.
Ce gouvernement, le gouvernement Macron-Borne, tourne le dos aux intérêts et aux besoins de la population laborieuse et de la jeunesse. Car, comme avant lui les gouvernements qui se sont succédé dans le respect des institutions de la Ve République, il est au service des banquiers et des capitalistes.
Quel gouvernement donnera aux jeunes confiance en leur avenir ? Un autre gouvernement et une autre République au service de la majorité, celle qui vit de son travail, et non plus au service d’une minorité de profiteurs et d’exploiteurs.
Pour cela, le gouvernement Macron-Borne doit partir. Et la Ve République avec lui.
Montreuil, le 30 juin 2023, 14 heures

Vues : 7