Ag des cheminots en gare de Rennes, le 22 juin au 33ème jour de grève, une centaine de cheminots.

Après les prises de parole des délégués des orgas syndicales, qui reprennent la position de leur fédération,  des cheminot(e)s  prennent la parole :

 

  • On doit être fier d’être là aujourd’hui. On espère être aussi nombreux la semaine prochaine. On a le soutien des autres travailleurs ; une collecte au collège de Maure de Bretagne a donné 130 euros. Après l’AG allons voir le directeur régional pour exiger le paiement des retenues indues faites par la Direction.
  • Déclaration d’un autre cheminot : «  au 33ème jour de grève on ne peut plus lâcher malgré les intimidations. Le monde dans lequel ils veulent nous faire entrer, on n’en veut pas. Notre système ferroviaire était un des meilleurs au monde…
  • Un autre cheminot : « la direction de la SNCF ment. Remerciements pour les soutiens. On ne peut pas lâcher maintenant aussi pour ceux qui nous soutiennent.

Le vote pour la prochaine séquence de grève est fait : unanimité moins 5 abstentions pour la grève.

La décision est prise d’aller voir le directeur régional pour qu’il donne l’ordre immédiat (et le montre aux cheminots) de rembourser les retenues indues faites par la Direction sur les repos des grévistes.

Le 21 juin le TGI de Bobigny a condamné la Direction de la SNCF pour «  entrave au droit de grève »en opérant des retenues illégales sur les jours de repos des grévistes.

Le directeur régional, dit aux cheminots de faire parvenir des demandes d’acompte. Les cheminots en colère exigent le remboursement immédiat d’autant plus que la Direction a refusé à plusieurs cheminots de leur faire parvenir le décompte exact des retenues effectuées sur leurs repos.

Devant la fermeté des cheminots, le Directeur finit par donner l’ordre immédiat de remboursement des sommes prélevées aux grévistes.

Interview sur les « Systèmes narratifs »

Nous publions l’interview que nous a accordé Philippe Marcelé, universitaire, dessinateur de bande dessinées qui est une excellente introduction à la discussion sur l’art.

1 Ton livre est une étude matérialiste de la peinture depuis le XIV° siècle. Peux-tu présenter ton travail ?

Il est difficile de répondre en quelques mots à une question aussi générale. Disons, qu’adopter un point de vue matérialiste c’est se mettre en porte à faux avec tous les formalismes, largement dominants dans le discours institutionnel, pour qui les formes se développent dans le ciel de l’esprit indépendamment des conditions matérielles d’existence. Selon cette façon de voir les phénomènes artistiques existent en-soi et doivent être analysées en-soi. Je pense, à l’inverse, que l’art est un phénomène social, profondément immergé dans l’existence concrète des hommes et qu’on ne peut le penser en dehors de cette immersion. Que la relation entre l’art et le social soit complexe, dialectique, apparemment contradictoire – l’art étant capable d’une autonomie relative – n’enlève rien au fait qu’elle reste fondamentale et incontournable. Elle est à la fois le fondement méthodologique et la boussole qui permet de s’orienter, notamment face à la tendance de l’art à s’illusionner lui-même sur son autonomie.

Mon livre porte sur une période qui va du XIV° siècle aux premières années du XIX°. Il traite des systèmes narratifs dans les arts plastiques, dans une période assez vaste, mais globalement dominée par l’image unique donnée par le tableau. C’est là d’emblée, pour nous, un paradoxe. Nous sommes habitués à concevoir la narration en images à travers des médiums comme le cinéma ou la bande dessinée et nous avons du mal à accepter qu’une seule image, celle du tableau, puisse suffire à raconter une histoire. Pourtant, en 1436, Léon Battista Alberti, dans son livre fondateur de l’esthétique de la Renaissance intitulé De la Peinture, affirmait : « l’histoire est la grande affaire du peintre ». Jusqu’à la fin du XVIII° siècle, le « tableau d’histoire » sera placé au sommet de la « hiérarchie des genres ».

D’un point de vue matérialiste on ne peut comprendre les mutations artistiques qui s’opèrent à la Renaissance sans les mettre en relation avec les mutations sociales sous-jacentes qui se caractérisent, avant tout, par la montée de la bourgeoisie qui déjà aspire à s’imposer comme classe dominante et qui entend le manifester sur le plan de l’art. Il est frappant de constater que de nombreux commanditaires, y compris pour des œuvres destinées en prendre place dans les églises, sont des bourgeois. Ainsi Brancacci, qui disposait dans l’église Santa Maria del Carmine, à Florence d’une chapelle privée qu’il a fait décorer de fresques célèbres de Masaccio, Masolino et Filipino Lippi, était un riche drapier. Ce n’est qu’un exemple parmi de milliers d’autres.

Mais la bourgeoisie n’apportait pas seulement son argent. Elle apportait, bien plus fondamentalement, une nouvelle vision du monde centrée sur l’homme (l’humanisme) en tant qu’individu capable de construire son destin, en opposition au système féodal de classes héréditaires, entièrement soumis à l’autorité divine. Même si la société féodale subsistait et restait le système politique dominant, même si la religion et l’église (par ailleurs en crise) conservait sa puissance, même si les différences étaient considérables d’un pays (voire d’une région) à l’autre, globalement le centre de gravité sociale et historique ne s’en était pas moins déplacé de Dieu vers l’homme, ou plus exactement vers l’homme/individu. Ce que voyait cet homme, le monde physique réel, devenait donc la question centrale de l’art. Il faut : « noter comment les choses se présentent à la vue ». Tel est le programme que définit Alberti pour la peinture qui ne serait concernée que par le « visible ». C’est là le contenu véritable de l’« imitation de la nature », qui est tout autre chose qu’une recette académique comme elle a été présentée par un discours du XX° siècle, inspiré par une résurgence du spiritualisme.

Le tableau d’histoire met au centre l’histoire parce que c’est son histoire que met en œuvre l’homme agissant, aspirant à maitriser son destin. Unifié par la perspective autour du « point central » qui est le point de focalisation du regard d’un œil unique, il incarne le point de vue unique d’un spectateur unique situé en un lieu fixe et déterminé. Il est la projection sublimée de l’homme en tant qu’individu. C’est pourquoi, idéalement, il ne peut être vu que par un seul et unique individu, figé en un lieu et un temps unique. L’histoire mise en scène devra être condensée. C’est ainsi, par exemple, que dans le Frappement du rocher (1649), Poussin montre à la fois Moïse frappant le rocher pour en faire jaillir une source, l’abondance de cette source et un guerrier remplissant déjà son casque pour se désaltérer. Il est évident qu’on a là une juxtaposition impossible de temps forcément en succession. Si l’artiste ne « dispose que d’un instant » comme le disait le théoricien du classicisme qu’était Félibien, cet instant est en fait un conglomérat d’instants.

Le tableau d’histoire repose donc sur un concept paradoxal : il matérialise un temps hors du temps puisqu’il fige la succession événementielle en un temps unique. Comme l’ont montré de nombreux historiens d’art – mais plus particulièrement Sixten Ringbom – il prend forme à partir de l’icône, mais non telle quelle, par sa « narrativisation », c’est-à-dire par son insertion dans l’humain. En clair il réalise une sorte de fusion du divin et du profane, de l’intemporel et du temporel, ou si l’on préfère du sublime et du quotidien. C’est pourquoi, s’il humanise les dieux il divinise aussi l’homme. Son « homme » de prédilection sera donc un dieu ou un héros. Ayant son origine dans le Quattrocento italien, le tableau d’histoire trouvera son incarnation idéale au XVII° siècle dans la peinture du Poussin, mais c’est dans l’Académie Royale de peinture sous Louis XIV qu’il sera le plus complètement théorisé. C’est que le « roi-soleil » qui se présentait à fois comme humain et divin, devait voir dans le tableau d’histoire l’art dont il avait besoin. Pour Félibien, le rôle du peintre était de glorifier le roi.

Or, pouvant être tout aussi narratif que le tableau d’histoire mais s’opposant à lui, le tableau de genre méprisé par les classiques, ne s’intéresse pas aux dieux et aux héros, mais au quotidien et à l’ordinaire. Significativement, c’est aux Pays Bas, dans la république des Stadhouders, c’est-à-dire dans une région où pour des raisons historiques (guerre d’indépendance contre l’Espagne catholique et féodale) la bourgeoisie calviniste a pu s’imposer, que le tableau de genre trouve un terrain propice à son développement au XVII° siècle. Mais il va s’imposer partout en Europe à partir du XVIII° siècle. Diderot notamment, dans son Essai sur la peinture, refuse la hiérarchie des genres.

Le tableau de genre, comme le tableau d’histoire, propose une image unique. Mais son système narratif est radicalement différent. Il n’est pas unitaire et, au lieu de condenser la narration, il la suggère. Et cette nature différente de l’image a une réfraction dans la théorie de l’art. Diderot dégage l’histoire au terme d’un parcours qu’il nomme la « ligne de liaison » et Lessing, à la même époque, dit que le peintre doit fixer « le moment fécond », celui qui suggère et permet de reconstituer ce qui s’est passé avant et ce qui se passera après. L’avant et l’après sont donc renvoyés dans un hors-champ que le spectateur peut imaginer. Le tableau d’histoire proposait une image fermée et centripète; le tableau de genre propose une image ouverte et centrifuge. C’est cette dernière qui s’est imposée au XIX° siècle avec le triomphe de la bourgeoisie (révolution de 1789) et qui, à mon avis, perdure jusqu’à nos jours.

2 En conclusion tu insères la bande dessinée dans cette évolution, cela mérite des explications.

À mon avis, le problème n’est pas tant la bande dessinée, inventée par Töpffer dans la première moitié du XIX° siècle conjointement à la photographie, que dans ce que je viens de dire à propos de l’image centrifuge. Cependant, la bande dessinée est un bon exemple des mutations annoncées dès le XVIII siècle.

Dans son Cours de peinture par principe, publié en 1708, Roger de Piles écrivait, pensant aux suites narratives apparues à la Renaissance : « la peinture peut bien représenter tous les faits d’une histoire par ordre, en multipliant les tableaux, mais elle ne peut faire voir ni la cause ni la liaison ». Or précisément, la bande dessinée et plus tard le cinéma, produisent tous les jours des images qui font voir la « cause » et la « liaison ». Mais cela est apparu dès le XVIII° siècle, avec Hogarth notamment, dont se réclamait Töpffer.

Goya peint, en 1807, six petits tableaux (29,2 x 38,5 cm) racontant les différents épisodes (ou séquences) de l’arrestation du bandit El Maragato par le frère Zaldivia, (Institut d’art de Chicago). Il s’agissait de rendre compte d’un « fait divers » et on peut y voir la première manifestation d’un art du reportage. Mais ce qui importe ici, c’est qu’on n’est pas en présence de six petits tableaux indépendants dont chacun aurait sa valeur propre, mais d’une seule et même œuvre composée de six images interdépendantes. Bien que ce soit encore de petites peintures, tout le système de la bande dessinée se trouve là. La bande dessinée ne tombe donc pas du ciel. Comme la photographie, son émergence était contenue dans le développement artistique, lui-même reflet à sa manière, du développement historique.

Le tableau d’Histoire figé et centripète était devenu impossible face à la grande industrie d’une part et d’autre part face à l’apparition de nouvelles formes de pensée : théories de l’évolution en sciences et phénoménologie en philosophie. La Phénoménologie de l’Esprit de Hegel, paraît en 1807, la même année que Goya peignait son ensemble.

 

INFORMATIONS D’OUEST France du mois de décembre

 

INFORMATIONS D’OUEST France des 1e, 2 et 3 décembre 217 par Nicole

O F 1er décembre : pas de journal (grève)

O F 2 DÉCEMBRE

France

Laïcité

Le conseil départemental de  Vendée remonte la crèche à l’hôtel départemental

O F 3 décembre

France

Santé

1100 manifestants à Morlaix  à l’appel de tous les syndicats  pour le maintien des soins intensifs de cardiologie et plus largement de l’hôpital

St Malo : une grève des dockers paralyse le port

IFORMATIONS D’OUEST France des 4 et 5 décembre 2017 par Nicole

O F 4 décembre

France

Elections en Corse résultats vers 20 h.

Union nationaliste : 45%

La République en marche : en 4° position : 11,7% :

Fin de la grève des dockers à St Malo

OF 5 décembre

France

Journée de la laïcité : 9  au 16 décembre à Rennes

INFORATIONS D’OUEST France des 6 et 7 décembre 2017par Nicole

O F 6 décembre

France

Taxe d’habitation : suppression à Cholet en 2020

G Régnier : Poursuite de la grève des personnels

Emploi : Appel médical recrute 180 professionnels de  santé

O F 7 décembre : rien de notable

INFORATIONS D’OUEST France des 6 et 7 décembre 2017par Nicole

O F 6 décembre

France

Taxe d’habitation : suppression à Cholet en 2020

G Régnier : Poursuite de la grève des personnels

Emploi : Appel médical recrute 180 professionnels de  santé

O F 7 décembre : rien de notable

INFORMATIONS D’OUEST FRANCE des 8 et 9 décembre 2017 par Nicole

OF 8 décembre

France

Police

17 polices municipales  équipées d’armes à feu en Bretagne

Vie politique

4 jeunes socialistes secrétaires de section dans le 35 quittent le PS pour le mouvement de B Hamon : Génération.s

Espagne

50 000 Catalans à Bruxelles pour soutenir Puigdemont

Israël

Le Hamas appelle à une  troisième intifada contre le déplacement de la capitale de Tel Aviv à Jérusalem par Trump

O F 9 décembre

France

Vie politique

Les Républicains  choisissent demain leur président entre Maël de Calan,

Laurent Vauquiez (le favori) et Florence Portelli

Enseignement Le conseil  départemental publiera bientôt la nouvelle carte des collèges publics Les secteurs de recrutement sont modifiés

Israël : la mobilisation des Palestiniens contre le changement de capitale, plus faible que prévu, même  s’il y a eu des affrontements

Royaume Uni : compromis sur le Brexit : dette du Royaume  Uni,  sort des ressortissants européens. , pas de frontière entre l’Irlande et l’Ulster

NCF : Mise en place des   TGV Ouigo mais suppression des lignes  Rennes Tourcoing et Nantes Tourcoing. Une pétition lancée  début novembre a recueilli 2 600 signatures

INFORMATIONS D’OUEST France des 10 et 11 décembre  2017 par Nicole

O F 10 décembre

Israël

Pour le 3° jour affrontements dans les Territoires

France

France rassemblement à     Paris pour demander la fin du régime d’exception pour les prisonniers basques

         

Union, des 2 branches des radicaux sous le nom de mouvement radical

OF 11 décembre

France

Vie politique

Républicains :         Vauquiez, président du parti

Corse 2ème tour : Victoire des  2listes nationalistes avec 56,5

Etats Unis

Trump veut expulser 6 0000 Haïtiens, protégés  par leur statut migratoire depuis le séisme de 2010

INFORMATIONS D’OUEST France des 12 et 13 décembre 20°127 par Nicole

OF 12 décembre

France

Audiovisuel : projet : suppression de 30 équivalents temps plein, 20% d’économies sur les sports et 30% sur les programmes

Vie politique : Xavier Bertrand quitte les Républicains

Mort de F R Hutin

Venezuela : L’opposition boycotte les élections municipales. Victoire de Maduro

O F 13 décembre

Venezuela

Pénurie de tout au Venezuela. La vaccination et les soins médicaux se font en Colombie dans les villes-frontières

France

Vie sociale

Ryan air menacé  par une forte mobilisation sociale contre les conditions de travail très dures

La concertation sur l’assurance chômage commence demain

Grèce des conducteurs RATP hier sur les lignes A et B : grève très suivie

Collèges

Nouveau collège en 2022 à Mélesse et restructuration de celui de St Aubin d’Aubigné

Télévision : les journalistes ont voté une motion de défiance à leur présidente: Delphine Emotte

INFORMATIONS D’OUEST France des 14 et 15 décembre 2017 par  Nicole

O F 14 décembre

France

N D des Landes

Les médiateurs confortent l’aménagement de l’aéroport de Nantes  et se prononcent pour que l’état garde la propriété de ND des Landes

Enseignement : Fermeture du lycée professionnel de Plouhinec

Le maire de Chantepie lance le mouvement : « Nous, habitants »

Ryan air

Des actions de grève sont à prévoir

Etats Unis : défaite cuisante de Trump aux sénatoriales d’Alabama

OF 15 décembre

Afrique du Sud : féroce bataille au sein, de l’ANC pour la succession de Zuma entre sa femme et Ramaphosa (qui a fait tirer sur les grévistes de Marikana)

Royaume Uni  Brexit : 11 députés conservateurs lâchent Teresa May

France

Collège : Le collège Rosa Parks de Villejean s’oppose à la fusion avec le collège Montbarrot

INFORMATIONS D’OUEST France des 16 et 17 décembre 2017 par Nicole

O F 16 décembre

Royaume Uni

Brexit : La 2ème  phase des négociations s’ouvre

France

Emploi

Lorient 70 salariés menacés de licenciement (SN Roux aviation et Navtis navale)

Formation professionnelle

Les régions veulent en garder la compétence

Policiers municipaux : rassemblement ce matin devant Rennes Métropole : ils demandent que leurs patrouilles soient renforcées

OF 17 décembre : rien de notable

INFORMATIONS D’OUEST France des 18 et 19 décembre par Nicole

O F 18 décembre : rien de notable

O F 19 décembre

Afrique du Sud

Ramaphosa  président de l’ANC

Le gouvernement est constitué  de ministres d’extrême droite et de droite

 

 

INFORMATIONS D’OUEST France  des 20 et 21 décembre par Nicole
O F 20 décembre
Venezuela

Des centaines de milliers affluent en   en Colombie à cause des pénuries

France

Vie sociale : la grève se durcit à La Hague depuis le  3 décembre. Ils

veulent que les jours fériés soient des jours de repos

Enseignement

Au  plan national 37% des écoles repassent à la semaine  de 4 jours

OF 21 décembre

France

N D des Landes : Les médiateurs ont approfondi l’option Nantes Atlantique

Emploi : LA Janais tourne à plein régime ; un millier d’intérimaires ont été recrutés pour le Peugeot 5008 en 2017

Royaume   Uni : Brexit : La période de transition durera jusqu’au 31 décembre 2020

INFORMATIONS D’OUEST France des 22 et 23 décembre2017 pat Nicole

OF 22 décembre : rien de notable

OF 23 décembre

Elections catalanes : Vive participation : 84%. Victoire des indépendantistes (7O sièges sur 135) et 47,6%des voix. La liste qui remporte le plus de sièges est Ciudadanos (37)

INFORMATIONS D’OUEST France DU 24 décembre 2017 par Nicole

 

O F 24 décembre

France

Vie sociale : Pimkie(Habillement)- va fermer 80 magasins dont 20 en France, soit 1900 licenciements.

INFORMATIONS D’OUEST France des 27 et 28 décembre par Nicole

O F 27 décembre

France

Impôts 2018

Hausse de la CSG +1,7%

Baisse des cotisations sociales en 2 temps : – 2 ,5%

Baisse puis disparition de la taxe d’habitation en 2020

ISF limité aux biens immobiliers

Gaz : augmentation de 6,9% en 2018 dont 4,9% en raison de l’augmentation de la taxe écologique

O F 28 décembre

France

Légère baisse du Chômage en novembre pour les chômeurs de catégorie A : -0,2% en Bretagne

CGT : 427 431 adhérents (chiffre de la CGT) soit-8%

INFORMATIONS D’OUEST France DES 30 et 31 DÉCEMBRE 2017  par Nicole

OF 30 décembre

Espagne

Rajoy, convoque le Parlement catalan le17 janvier

Union sud-africaine : Zuma en marche vers la destitution pour une affaire de corruption

France : renouvellement de mandat  en 2018 : Mailly et Gattaz

O F  31 décembre : rien de notable

Compte rendu de la conférence du 2 décembre 2017 Montreuil

 

Nous étions  400 délégués à la conférence nationale pour l’unité pour chasser Macron. L’appel est maintenant signé par plus de 16.000 personnes. La conférence s’est tenue de 10h à 17h avec 1h  de pause casse-croûte le midi,  avec 47 interventions dont une bonne participation de jeunes délégués et notamment de femmes,  très remontés contre la politique de précarité du gouvernement.  Une diversité militante effective comme l’a noté le rapporteur lors de la présentation de la conférence : des syndicalistes de la CGT, FO, FSU et SUD et des militants politiques de FI, PCF, PS, POID et NPA. Le temps de parole était limité à 5mn pour avoir un maximum de participants. Quelques délégations  nombreuses (Marseille notamment) malgré la distance. Parfois, pour des premières interventions en public, plusieurs délégués sur un même temps de parole indiquant une préparation collective. Nous étions 4 délégués d’llle  et Vilaine : un du secteur poste –télécom, un du secteur santé, un jeune étudiant et un camarade représentant le comité de Dol.

Parmi les interventions j’ai noté :

  • Dans la délégation de 15 militants d’Eure et Loir un Postier  intervient : il pose la question «doit-on co-construire avec la Poste en exigeant une augmentation de la rémunération à l’objet distribué ?» après avoir expliqué le recours grandissant de la Poste à des sous-traitants payés à la tâche. Le délégué précise « lorsqu’il y a une réorganisation à la Poste, synonyme de suppression d’emplois, nous sommes convoqués dans la semaine. Alors que sur nos revendications, il faut attendre un mois. Quelle est notre position ? on prend les infos et on rend compte aux travailleurs, et on n’engage en aucun cas une concertation sur la suppression d’emplois. C’est ça notre mandat. Les seuls comptes que nous avons à rendre c’est aux travailleurs, et non au patron ou au gouvernement. C’est ça l’indépendance syndicale. Il faut tirer un bilan de ce qui s’est passé cet été ; la concertation n’a rien bloqué contrairement à ce que dit un dirigeant syndical. Il faut chasser Macron maintenant pas en 2022 !
  • Un autre postier de St Maur : 21 bureaux de poste ont été supprimés dans notre département, la tournée est faite avec des chronos et le «  si t’es pas content … » revient sans arrêt ! le J+1 avec les timbres rouge n’est pas respecté on a même vu un J+9. Les prix des timbres ont explosé avec +10centimes en 2018. Il y a une foule de grèves locales chez les postiers sur des revendications précises.
  • Parmi la délégation de Seine de St Denis : un délégué explique : je travaille dans le val de marne il y avait une prise en charge à 50% par le département de la carte Imagine R pour les lycéens et les collégiens qui va être supprimée l’année prochaine ; 76 crèches vont être fermées, les ordinateurs pour les 6eme vont être supprimés, la rénovation des collèges va être stoppée…
  • Un délégué de l’Yonne : Macron a été choisi par l’oligarchie, aujourd’hui 26 % des SDF sont des travailleurs qui ont des contrats précaires
  • Un jeune de Strasbourg dénonce la sélection à l’université avec le plan Macron, la baisse de 5 euros de l’APL, l’état d’urgence permanent…
  • Christel Keiser élue à Montreuil et membre du collectif national d’animation de l’appel à la rupture annonce l’ouverture d’une enquête internationale sur les droits et les conditions de travail des femmes travailleuses, citant la France où les femmes dans les entreprises du nettoyage, 90% des salariés sont au SMIC, 75% sont des femmes, une femme qui a été affecté dans un hôpital 4h puis avec un avenant de contrat on lui ajouté des heures en horaires morcelés, puis avec une série d’avenant de quelques heures sa durée de travail est enfin arrivée à 35h, savez-vous ce qu’il lui est arrivée ? licenciée pour nos respects de l’amplitude de la journée de travail !

 

L’appel final de la conférence dénonce la brutalité des attaques, la grande volonté de la résistance, et la volonté d’unité pour chasser Macron avec un rendez-vous qui pourrait être le 5 mai prochain. La forme reste à préciser (en fonction de l’actualité) manifestation ou réunion publique.

Proposition également d’une conférence européenne le 6 mai 2018 : HW Schuster délégué syndical et président de la commission ouvrière du SPD de Düsseldorf ; et Kristian Goglio délégué syndical de Turin invités à la conférence proposent une conférence européenne qui place au centre la nécessité d’abroger les traités européens qui détruisent les droits des travailleurs.

Un camarade de  Tours : nous avons eu un document du ministère : à l’échéance 2030 11000 lits de moins (11%) qu’en 2012 alors que si l’on suit l’accroissement de la population, il en faudrait 56000 de plus (28%).

A Tours, plan de fermeture de 350 lits dont 120 pour 2020. =7000 postes de praticiens hospitaliers sont vacants dans les hôpitaux. A Tours, 100 manifestants envahissent le conseil de surveillance  porteurs d’une pétition signée par 10 000 personnes. Pas de réaction à la hauteur des fédérations syndicales.

Fatima territoriale Gers : lutte dans l’EHPAD, ils obtiennent 16 postes par la grève.

W Schuster militant allemand ; il faut tirer le bilan de 25 ans d’union européenne. La situation des travailleurs est la même en Allemagne que ce qui se dit ici. La position du SPD c’est le programme Macron pour l’Europe. Les dirigeants sont pour la grande alliance avec Merkel, 80% des militants sont contre, choc inévitable au congrès (cette semaine). Nous préparons la conférence ouvrière européenne.

Christiane : val de marne, CUI (contrat d’insertion) 20h/semaine pour 687 euros. Contrat non renouvelé. Personnel précaire de l’éducation nationale. Des collègues n’ont aucune autre ressource, conséquence pour l’école, manque de personnel. Il faut rompre avec UE et 5ème.

Jean-François : accepter de discuter des acquis avec les patrons, c’est déjà un recul. Il faut un bilan des journées d’action depuis septembre. Bilan de la concertation : rien n’a été gagné et cela a empêché de revendiquer. On prend les infos pour rendre compte et c’est tout.

Les travailleurs les plus exploités viennent se syndiquer dans les UL.

Il y a eu 1500 grèves dans les hôpitaux depuis le début de l’année. Unité pour chasser M maintenant.

Stéphanie de Nemours avec un autre agent hospitalier : CH Nemours mandatés par 29 hospitaliers de différents services qui expriment leurs revendications par rapport au risque de fermeture du Centre Hospitalier, la dégradation du niveau de vie, la perte de sens du travail en psychiatrie : plus de projet thérapeutique  et  donc augmentation de la violence. Ils proposent une manifestation à Paris.

Marine de la CPAM du Val de Marne : situation de plus en plus catastrophique à la Sécu, pressions sur les salariés, politique du chiffre et de la production. La Sécu n’a plus que le nom de social.

Kamal de l’URSAFF dénonce la fermeture d’un service de pédiatrie à l’hôpital du Kremlin –Bicêtre, remplacé par la télémédecine.

Militant italien : des manifs importantes ont lieu contre des décrets sur les retraites qui porteraient l’âge de départ à 67 ans avec 43 années de cotisation obligatoires. Il faut rappeler le référendum constitutionnel où malgré la propagande, il y a eu la victoire du non. Renzi a démissionné mais tout son gouvernement est resté en place. En Italie il y a une réforme de l’Ecole, calquée sur le fonctionnement de l’entreprise : alternance école –travail. Il y a eu le « job act » (qui a inspiré la loi ELKhomri. Il y a des coupes dans le budget de la Santé. A Turin il y a des fermetures d’hôpitaux, le système de santé s’écroule. Il y a une très grosse abstention prévisible aux prochaines élections.Hospital

 

 

 

INFORMATIONS D’OUEST France des 20 et 21 octobre par Nicole

 

 OF 20 octobre

Espagne

Madrid enclenche la fin de l’autonomie catalane en application de l’article 155 de la Constitution

France

Gendarmerie : le gouvernement veut réduire le temps de repos légal après 24 heures de travail qui est de 11heures. Colère chez les gendarmes.

Fermeture du site français de Tupperware en mars qui entrainerait la suppression de 235 emplois à Joué les Tours

Augmentation des timbres de 4,8% en moyenne. Le prix des timbres ordinaires doublera en 2018

Santé : L’attente moyenne pour un IRM est de 34 jours

Transports urbains : Rennes métropole a renouvelé la délégation de service à Keolis qui promet plus de lignes de bus  avec des bus électriques

Journée du 10 octobre : moins de monde qu’aux deux précédentes : 1000 à Rennes ; Une prochaine journée aurait  lieu à la mi-novembre

 O F 21 octobre

France

Réduction du nombre d’élus du personnel regroupés dans un comité social et économique dont le nombre est fonction du nombre  d’employés .Mais  le nombre d’heures de délégation  resterait globalement stable

Espagne : Le parlement catalan devrait être dissous et de nouvelles élections

auraient lieu en janvier (Communication non-officielle)